arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
ancien / tradition / slave / renaissance / baroque / classique / romantique / moderne / contemp.
ballet / oratorio / cantate / motet / messe / opera / com.musicale / spectacle
sop / haute-contre / tenor / choeur / clavier / piano / cordes / violoncelle / orgue / flute / harpe /

◀◀     aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste /

Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/beethoven (ludwig van) - symphonie n9 - choeur final karajan 1824.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

BEETHOVEN - symphonie n9 - final (Herbert von Karajan)


Herbert von Karajan, chef d'orchestre autrichien, né à Salzbourg le 5 avril 1908, Spécialiste du répertoire austro-germanique et mitteleuropéen de Bach à Bartók ainsi que de l'opéra italien, il a laissé près d'un millier d'enregistrements chez Deutsche Grammophon, EMI et Decca, ce qui en fait un des chefs les plus enregistrés du xxe siècle.
autriche www.youtube.com/embed/Pf_7JdNGTYI
BEETHOVEN - symphonie n9 - final (Herbert von Karajan) (1824)


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bausch - cafe muller.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Pina BAUSCH - Cafe Muller


La scène, recouverte de chaises de bistro et de guéridons, est un espace que les danseurs doivent moduler pour pouvoir y circuler. Le corps du danseur est en perpétuel contact avec ce qui l'entoure : les chaises, les murs, le sol... Les contacts violents entre les interprètes et le décor, chocs contre les murs, les baies vitrées, les chaises, présentent des corps meurtris et douloureux.
Café Müller, créé en 1978, est l’une des œuvres les plus célèbres de la chorégraphe allemande Pina Bausch et l'une des œuvres fondatrices du mouvement Tanztheater en danse contemporaine.

Comme dans la grande majorité de ses œuvres, Pina Bausch met en scène dans Café Müller les problèmes de communication entre homme et femme et surtout les comportements codifiés qu'elle rend totalement dérisoires par son esthétique de mouvement
Après Orphée et Eurydice et Le Sacre du printemps qui figurent déjà au répertoire de l'Opéra de Paris, Café Müller devait y faire son entrée mais ce projet fut interrompu par la mort de la chorégraphe.

Les parents de Pina Bausch tenaient un bar-hôtel à Solingen en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Pina, née en 1940, raconte s'être cachée sous les tables du café pendant de nombreuses années lorsqu'elle était enfant à observer et écouter les adultes, leurs peurs et colères, elle-même déclarant « passer sa vie à essayer de donner une forme à ces émotions enfouies, évanouies».
www.youtube.com/embed/3WLazG0bQPI
Pina BAUSCH - Cafe Muller (1978)


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bausch (pina) - sacre du printemps (prokofiev).jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Pina BAUSH - le sacre du printemps


On est face à une danse tellurique, qui remue la terre et frappe le sol. Pas de chichi, presque pas de style dans cette transe collective d'où les danseurs reviennent hagards, exténués, sans défense. La musique de Stravinski s'empare avec une force sauvage des corps, les ébranle, les émeut. L'écriture est simple, directe. Le mouvement monte du sol, attrape les danseurs par les pieds. La force est collective.
Marie-Christine Vernay (Liberation.fr 17 juin 1997)
www.youtube.com/embed/0fJprK6etxs
Pina BAUSH - le sacre du printemps ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bausch (pina) - sacre du printemps (danse ballet) @@@.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Pina BAUSH - le sacre du printemps


On est face à une danse tellurique, qui remue la terre et frappe le sol. Pas de chichi, presque pas de style dans cette transe collective d'où les danseurs reviennent hagards, exténués, sans défense. La musique de Stravinski s'empare avec une force sauvage des corps, les ébranle, les émeut. L'écriture est simple, directe. Le mouvement monte du sol, attrape les danseurs par les pieds. La force est collective.
Marie-Christine Vernay (Liberation.fr 17 juin 1997)
www.youtube.com/embed/BEb4EH35uHE
Pina BAUSH - le sacre du printemps ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/barber (samuel) - agnus dei @@.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Samuel BARBER - Agnus Dei


Samuel Osborne Barber (9 mars 1910 - 23 janvier 1981) est un compositeur américain.
Né à West Chester (Pennsylvanie), il commence à composer dès l'âge de sept ans. Il étudie au Curtis Institute of Music à Philadelphie avant de devenir élève de l'Académie américaine de Rome en 1935. L'année suivante, il écrit son quatuor à cordes en si mineur, dont il arrangera plus tard le second mouvement — à la suggestion d'Arturo Toscanini — pour orchestre à cordes sous le nom Adagio for Strings, puis pour chœur sous le nom d'Agnus Dei. Ce mouvement est devenu très populaire : il est utilisé pour les funérailles d'État et les services commémoratifs publics des États-Unis depuis la mort de Franklin Roosevelt. On peut l'entendre dans la scène finale du film Elephant Man de David Lynch; il fut repris et arrangé par Georges Delerue, comme thème principal du film Platoon d'Oliver Stone; on le retrouve dans le jeu vidéo Homeworld développé par Relic Entertainment et édité par Sierra. Le compositeur est mort à New York en 1981.

Illustr. Zurbaran - Agnus dei peinture, huile sur bois. 38 x 62 cm, Madrid, Musee du Prado
espagne www.youtube.com/embed/aRwhkBAeheM
Samuel BARBER - Agnus Dei (1936)


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/banderas - dance with me.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Antonio Banderas - scene de tango (film: Take the Lead de Liz Friedlander)


A New York, un danseur a pour projet d’apprendre la danse de salon à des jeunes élèves en difficulté dans un lycée. Personne ne croit en son projet mais peu à peu, Pierre Dulaine grâce à son dévouement et sa détermination va réussir son pari.
www.youtube.com/embed/E6VvR3hkePI
Antonio Banderas - scene de tango (film: Take the Lead de Liz Friedlander) (2006)


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach cantate pour orgue bwv29 illustr.schinkel.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - cantate pour orgue bwv 29


Wir danken dir, Gott, wir danken dir (Nous te rendons grâces, ô Dieu, nous te rendons grâces), (BWV 29), est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1731.
Bach composa la cantate pour l'inauguration d'un nouveau conseil municipal qui eut lieu dans un service festif le lundi suivant la saint Barthélémy le 27 août 1731.
Cette cantate est une des deux cantates religieuses de Bach ayant une sinfonia orchestrale pour ouverture, l'autre étant Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen, BWV 12. La musique est un arrangement du prélude de la partita pour violon n° 3 BWV 1006. Un solo de l'orgue joue la partie originale pour violon tandis que l'orchestre l'accompagne

illustr. Shinkel
allemagne www.youtube.com/embed/JTTSZP3-qok
Jean-Sebastien BACH - cantate pour orgue bwv 29 (1731)


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - variations goldberg (glenn gould)(tout).jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - Variations Goldberg pour clavier (Glenn Gould)



www.youtube.com/embed/CrPrJ0ih8Kc
Jean-Sebastien BACH - Variations Goldberg pour clavier (Glenn Gould) ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - suite violoncelle.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - Suite pour Violoncelle N° 2. BWV 1008. ré mineur (1721)


Les six suites pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach (BWV 1007 à 1012) sont considérées comme les classiques incontournables du répertoire de cet instrument.
Le violoncelle resta longtemps cantonné au rôle de faire-valoir ; il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour que soit définitivement supplantée la basse de viole de gambe, et le xixe siècle pour que soient acquises au violoncelle ses lettres de noblesse d'instrument soliste et concertant, notamment grâce à Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Robert Schumann, Édouard Lalo, Jacques Offenbach, Camille Saint-Saëns, Antonín Dvorak, Felix Mendelssohn-Bartholdy.
Ces Suites sont un élément incontournable du répertoire pour violoncelle, d'abord en raison de leurs qualités musicales, ensuite pour leur intérêt pédagogique et théorique. Bach met en valeur toutes les possibilités polyphoniques de l'instrument.

allemagne www.youtube.com/embed/P_pcq9Dxh0o
Jean-Sebastien BACH - Suite pour Violoncelle N° 2. BWV 1008. ré mineur (1721) ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - suite pour violoncelle (rostropovitch au pied du mur de berlin).jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

rostropovitch - bach au pied du mur de berlin.jpg


C’est l’une des images les plus marquantes de l’époque de la Chute du Mur. L’immense violoncelliste Mstislav Rostropovitch, seul, avec son instrument au pied du Mur ,entame les suites de Bach.

Nous sommes alors le 11 novembre 1989. Le Mur est déjà largement en train de s’effriter. Les télévisions du monde entier sont également présentes dans la capitale berlinoise.le violoncelliste entame son concert improvisé à deux pas de Check Point Charlie.

Rostropovitch reviendra dix ans plus tard exactement à Berlin et, grâce à cet interview, de France 2 encore une fois, on apprend les circonstances qui l’on conduit à venir à Berlin. Le musicien se trouvait en effet à Paris le jour de la Chute du Mur et a tenté par tous les moyens de rejoindre Berlin quand il a appris la nouvelle. Ce Mur de la honte revêt en effet une importance très particulière pour le violoncelliste. En effet, celui-ci a débuté sa carrière à Moscou mais ses idées et sa proximité avec Soljenitsyne lui rendent la vie difficile en URSS. Il doit donc d’exiler à l’Ouest, aux Etats-Unis et en France.

Rostropovitch explique qu’en arrivant près du Mur, il a d’abord cherché une chaise pour pouvoir jouer et que, petit à petit, un attroupement s’est crée. Les premières notes se font entendre. Les Suites de Bach, car Bach, c’est Dieu déclarera-t-il. D’abord joyeuses pour fêter cet évènement puis plus tristes pour rendre hommage aux victimes du régime est-allemand.

Cette sarabande de la deuxième suite de Bach restera pour toujours associée à cette image hautement symbolique du violoncelliste devant ce Mur en ruine.
www.youtube.com/embed/FiwXUJJjL6g
rostropovitch - bach au pied du mur de berlin.jpg ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - suite francaise.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - suite francaise pour clavier


Les Suites françaises sont un des trois groupes de six suites pour le clavecin composées par Johann Sebastian Bach (à côté des Suites anglaises et des Partitas pour clavier appelées aussi Suites allemandes).
Ce sont les plus simples d'exécution, les moins ambitieuses musicalement, et leur caractère d'air à danser est affirmé, même si le goût du compositeur pour le contrepoint y fait reconnaître sa signature.
Leur composition remonte au plus tard aux années 1720-1724 à Köthen.
Elles comprennent toutes les quatre danses traditionnelles de la suite : allemande, courante, sarabande et gigue avec, entre la sarabande et la gigue, un nombre variable de pièces supplémentaires : menuet(s), air, anglaise, gavotte, bourrée, loure, polonaise. Elles se distinguent des Suites anglaises et des Partitas pour clavier par l'absence de prélude et une moindre difficulté.
www.youtube.com/embed/0sDleZkIK-w
Jean-Sebastien BACH - suite francaise pour clavier ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - suite anglaise.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - suite anglaise - prelude



www.youtube.com/embed/fcV_TLr0KOE
Jean-Sebastien BACH - suite anglaise - prelude ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - sonate en trio pour orgue.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - Sonate en trio pour Orgue Bwv 525


Les Sonates en trio pour orgue sont parmi les pièces pour orgue les plus remarquables écrites par Johann Sebastian Bach.
Elles sont le sommet de l'art du contrepoint à exécuter par un unique interprète. Elles sont réputées pour leur extrême difficulté technique, redoutées par tous les organistes, programmées dans toutes les épreuves et concours d'orgue. Elles nécessitent en effet une grande maîtrise et une grande concentration du fait de l'indépendance requise pour jouer chacune des trois voix simultanément : une voix pour la main gauche, une voix pour la main droite et une voix au pédalier. Elles ont été enregistrées par les plus grands organistes et représentent la référence en matière de virtuosité organistique. Elles constituent sur le plan purement musical un essai de synthèse entre le style rigoureux contrapuntique et le style galant italien, certains mouvements lents pouvant être considérés comme une préfiguration du style romantique à venir.
allemagne www.youtube.com/embed/xSrY5HEyWgc
Jean-Sebastien BACH - Sonate en trio pour Orgue Bwv 525 ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - petite fugue pour orgue.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - la petite fugue pour orgue


La célèbre Petite Fugue en sol s'apparente à ces pages intimes que le compositeur destinait aux concerts familiaux. D'une écriture ferme mais légère, une fugue régulière s'y déploie sans que jamais le discours se perde en complications.
www.youtube.com/embed/o9Fumv4VI6M
Jean-Sebastien BACH - la petite fugue pour orgue ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - passion saint mathieu - final herreweghe.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

J.S BACH - Passion selon Saint Mathieu - choeur final (Philippe Herreweghe)


La compassion et l'abandon à la douleur constituent l'idée maîtresse de l'œuvre. Qu'elles soient de joie ou de peine, amères ou libératrices, toute l'œuvre paraît baigner dans les larmes.
La Passion selon saint Matthieu (BWV 244), est un oratorio de Johann Sebastian Bach, partition monumentale qui compte parmi les grandes œuvres de la musique classique.
l’œuvre s’achève par un grand chœur final, précédé par un court adieu de chaque soliste au Christ.
www.youtube.com/embed/FhP_jy1IHcg
J.S BACH - Passion selon Saint Mathieu - choeur final (Philippe Herreweghe) ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - passion saint mathieu - erbarme dich (aria tenor) @@@ - philippe herreweghe.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

J.S. BACH - Passion selon Saint Mathieu - Erbarme dich (aria) (Philippe Herrewege)


Erbarme dich, Mein Gott, um meiner Zähren willen !
Schaue hier, Herz und Auge weint vor dir Bitterlich.

Pitié pour moi, Seigneur, Je souffre et pleure et prie,
En mon coeur, quelle peine, Quels tourments.
Pitié pour moi, Seigneur.

Ce sublime mouvement en si mineur dépeint le désespoir de Pierre ayant renié Jésus. La partie de violon solo exprime les remords de l’apôtre, réalisant ce qu’il vient de faire et la vérité des paroles de Jésus.
La compassion et l'abandon à la douleur constituent l'idée maîtresse de l'œuvre. Qu'elles soient de joie ou de peine, amères ou libératrices, toute l'œuvre paraît baigner dans les larmes.

www.youtube.com/embed/nZb7FcP84CM
J.S. BACH - Passion selon Saint Mathieu - Erbarme dich (aria) (Philippe Herrewege) ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - passion saint mathieu (herreweghe)(tout).jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean Sebastien BACH - Passion selon St Matthieu (Harreweghe) (tout)



www.youtube.com/embed/jm1os4VzTgA
Jean Sebastien BACH - Passion selon St Matthieu (Harreweghe) (tout) ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - passion saint jean - ruht wohl (choeur) @@@.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - Passion selon Saint Jean - Ruht Wohl


Ruht wohl, ihr heiligen Gebeine, die ich nun weiter nicht beweine ;
Ruht wohl, und bringt auch mich zur Ruh’. Das Grab, so euch bestimmet ist
und ferner keine Not umschließt,
Macht mir den Himmel auf und schließt die Hölle zu.

Reposez bien, ossements saints, que je ne pleurerai désormais plus ;
Reposez bien, et apportez-moi aussi le repos. Le tombeau, qui vous est destiné
et ne renferme plus de détresse, m’ouvre le ciel

Les paro­les pro­vien­nent de la pas­sion de Brocke. Le rythme est celui d’un menuet lent, mais la forme est de type refrain. Bach choi­sit une forme « galante », et com­pose un chœur pure­ment homo­pho­ni­que, pra­ti­que­ment sans aucun recours au contre­point. C’est très rare dans son œuvre : on ne retrouve de tels chœurs que dans ses can­ta­tes pro­fa­nes, hor­mis évidemment le der­nier chœur de la Passion selon Saint Mathieu.
Mais si ce mor­ceau est galant, l’émotion est bien pré­sente : la tona­lité de do mineur, « agréa­ble, char­mante, mais aussi triste, déso­lée » d’après Matheson, et les phra­ses des­cen­dan­tes don­nent une atmo­sphère pre­nante et recueillie.
et ferme l’enfer.
www.youtube.com/embed/0raURe1xl_I
Jean-Sebastien BACH - Passion selon Saint Jean - Ruht Wohl ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - partita pour violon n3 - prelude.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - partita pour violon seul n3 - prelude


Les partitas sont composées de mouvements de danse, empruntant le schéma baroque de la succession allemande-courante-sarabande-gigue mais sans jamais s'y conformer complètement : dans la première partita, une bourrée est substituée à la gigue, la deuxième ajoute un cinquième mouvement, la fameuse chaconne et la troisième suit un schéma inhabituel qui ne conserve que la gigue pour le dernier mouvement.

La combinaison de ces deux formes typiques, l'un de la musique italienne et l'autre de la musique française, manifeste que Bach a voulu se situer dans l'héritage de ces deux traditions qui influençaient alors toute la musique européenne (on retrouve d'ailleurs ce souci dans le diptyque constitué du Concerto italien et de l' Ouverture à la française).

La troisième partita est probablement la plus connue des six suites. Le prélude et la gavotte sont fréquemment jouées séparément et apparaissent dans de nombreuses compilations de musique classique.
www.youtube.com/embed/2KYRdRnnBYw
Jean-Sebastien BACH - partita pour violon seul n3 - prelude ()


Warning: getimagesize(../data/patrimoine/documentation/bach - partita pour flute - allemande.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Jean-Sebastien BACH - Partita pour flute - allemande


Les sonates pour flûtes semblent avoir été écrites pendant la période où Bach fut attaché à la cour du jeune prince Leopold féru de musique, à Cothen, entre 1717 à 1723. La cour était calviniste de tradition, si bien que Bach n'avait à fournir pour les divertissements princiers de la musique profane uniquement.
allemagne www.youtube.com/embed/jAJ4i1L3y5M
Jean-Sebastien BACH - Partita pour flute - allemande ()