arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
ancien / tradition / slave / renaissance / baroque / classique / romantique / moderne / contemp.
ballet / oratorio / cantate / motet / messe / opera / com.musicale / spectacle
sop / haute-contre / tenor / choeur / clavier / piano / cordes / violoncelle / orgue / flute / harpe /

◀◀     aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste

Warning: getimagesize(../data/musique/@selection/schutz - Dank sagen wir alle Gott, from The Christmas Story@.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/arpoma/e-doc3.php on line 380

Heinrich SCHUTZ - Cantiones sacrae


renaissance oratorio choeur www.youtube.com/embed/tYwp2eqiikg
Giacchino ROSSINI - Petite Maesse solenelle - kyrie

Giacchino ROSSINI - Petite Maesse solenelle - kyrie

C'est à la demande du comte Alexis Pillet-Will, pour son épouse Louise, que Gioachino Rossini compose en 1863 dans sa maison de campagne de Passy, la Petite messe solennelle. Rossini a alors 71 ans et a officiellement pris sa retraite depuis 34 ans. Il adresse au « Créateur » une dédicace en forme de boutade :
« Bon Dieu. La voilà terminée cette pauvre petite messe. Est-ce bien de la musique sacrée que je viens de faire ou de la sacrée musique ? J'étais né pour l'opera buffa, tu le sais bien ! Peu de science, un peu de cœur, tout est là. Sois donc béni et accorde moi le Paradis. »
La Petite messe solennelle1 est une œuvre de musique sacrée (messe), à l'origine écrite pour quatre solistes, chœur mixte, deux pianos et un harmonium de Gioachino Rossini. Elle fut créée le 14 mars 1864 à Paris.
1863 classique romantique choeur piano www.youtube.com/embed/QF0UXo6amxE
Serge RACHMANINOV - Vepres 3

Serge RACHMANINOV - Vepres 3

Les Vêpres, opus 37, ou encore Les Vigiles est une composition a cappella pour chœur mixte, probablement la plus profonde de Rachmaninov et « l'une des plus grandes réalisations musicales pour l'Église orthodoxe russe ». Le titre de l'œuvre est souvent traduit simplement par le mot « Vêpres », ce qui est incorrect aussi bien d'un point de vue littéral que conceptuel quand il s'applique à l'œuvre entière : ce sont seulement les six premiers mouvements qui correspondent aux Vêpres dans l'office des heures, suivis par les Matines.
romantique choeur orthodoxe www.youtube.com/embed/pjRt-o0XwZ4
Serge RACHMANINOV - Vepres

Serge RACHMANINOV - Vepres

Considérées comme l'un des sommets de la musique religieuse orthodoxe, les Vêpres de Rachmaninov ont été accueillies, dès leur création, par un succès triomphal, jamais démenti depuis. Ayant largement puisé dans le patrimoine musical russe, elles privilégient les tournures modales, archaïsantes, les harmonies de type populaire. Une grandiose pièce d'orfèvrerie chorale.

La Liturgie de saint Jean Chrysostome op. 31 est, avec Les Vêpres op. 37, l'une des deux seules compositions religieuses de Sergueï Rachmaninov. Elle comporte 20 mouvements. Composée à l'été 1910, elle est créée le 25 novembre 1910.


romantique choeur orthodoxe www.youtube.com/embed/pjRt-o0XwZ4
Jean-Baptiste PERGOLESE - Stabat Mater

Jean-Baptiste PERGOLESE - Stabat Mater

Le Stabat Mater a été composé par Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse) en 1736, deux mois avant sa mort, dans le monastère de Pouzzoles.
Il s'agit donc de la dernière œuvre d'un homme mort à 26 ans des suites d'une tuberculose. Il a été écrit pour deux voix (traditionnellement alto et soprano) et ensemble instrumental comprenant violons I et II, alto et basse continue.
Ce Stabat Mater, basé sur un texte liturgique du xiiie siècle méditant sur la souffrance de la Vierge Marie, mère du Christ, était une possible commande du Duc de Maddaloni, mécène de Pergolèse et violoncelliste amateur1. Une origine alternative suggère en effet une commande de la confrérie des Cavalieri de la Vergine dei Dolori en 1734, voulant remplacer le Stabat Mater vieillissant d'Alessandro Scarlatti2 dont il conserve toutefois le même effectif vocal, pour soprano et alto. Il devait être donné à Santa Maria dei Sette Dolori, église où le Duc de Maddaloni possédait une chapelle votive et où il faisait exécuter des œuvres religieuses chaque troisième dimanche de septembre.
L'œuvre, devenue très renommée, a été reprise et adaptée maintes fois par la suite. La plus célèbre version est celle de Johann Sebastian Bach qui en reprend les thèmes dans son Psaume 51.
Il se compose de douze parties et son exécution demande environ 30 minutes.
1736 baroque oratorio choeur www.youtube.com/embed/9mrVZHPikqM
Jean-Baptisre PERGOLESE - Miserere

Jean-Baptisre PERGOLESE - Miserere


baroque oratorio choeur www.youtube.com/embed/4UcjY-vIUfE
W.A. MOZART - requiem (final) (dir Karajan

W.A. MOZART - requiem (final) (dir Karajan

DUCCIO di Buoninsegna (1255-1318) - Deposition
classique oratorio choeur www.youtube.com/embed/KWqvjDX1R6o
W.A. MOZART - requiem - et lux perpetua

W.A. MOZART - requiem - et lux perpetua

Paul KLEE - Glance Of A Landscape
classique oratorio choeur www.youtube.com/embed/w8qq8OFvGhI
W.A. MOZART - lacrimosa (requiem) (dir Karl Boehm)

W.A. MOZART - lacrimosa (requiem) (dir Karl Boehm)

(Lacrimosa dies illa = « Celui-là [sera] un jour de larmes »). Après deux mesures les sopranos du chœur commencent à progresser, tout d'abord de manière diatonique, en croches décousues (sur le texte resurget = « verra renaître »), puis legato et chromatique en un puissant crescendo. On arrive déjà au forte à la mesure 8 - et Mozart interrompt là le manuscrit. Sussmayr poursuit l'homophonie du chœur, qui aboutit à une citation du début du Requiem (aux sopranos) et termine sur une cadence « Amen » en deux accords. Quelques mesures de cette pièce sont citées dans le Requiem de Franz von Suppé que celui-ci admirait.

illustr. Mordecai ARDON - Sarah
classique oratorio choeur www.youtube.com/embed/G-kJVmEWWV8
W.A. MOZART - lux aeterna (Requiem)

W.A. MOZART - lux aeterna (Requiem)

La messe de Requiem en ré mineur (KV 626) de Wolfgang Amadeus Mozart, composée en 1791, est une oeuvre de la dernière année de la vie de Mozart, mais pas exactement la dernière œuvre du compositeur. Elle n'est de la main de Mozart que pour les deux tiers environ, la mort en ayant interrompu la composition. Elle reste néanmoins une de ses œuvres emblématiques. Sa veuve, Constance, pour pouvoir honorer malgré tout la commande et ne pas avoir à rembourser l'avance octroyée lors de la commande, d'une part, et réhabiliter la mémoire de son mari1 en vue d'obtenir une pension impériale d'autre part, demanda à Joseph Eybler, puis à Franz Xaver Süßmayr de terminer la partition. Le Requiem a suscité de nombreuses légendes, tant du fait des circonstances insolites de sa commande que de la difficulté à distinguer exactement ce qui était de la main de Mozart et ce qui ne l'était pas.
classique oratorio choeur www.youtube.com/embed/Egs4CZjOAmk