arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Harvard (Massachussets) - l'Université

Harvard (Massachussets) - l'Université

L’université Harvard (Harvard University), ou plus simplement Harvard, est une université privée américaine située à Cambridge au Massachusetts. Fondée en 1636, elle est considérée comme l'établissement d'enseignement supérieur le plus ancien des États-Unis[2],[3].

À l'heure actuelle, Harvard est l'une des universités américaines les plus prestigieuses. Plus de 40 prix Nobel sortent des rangs d'Harvard[3]. Selon le Classement académique des universités mondiales elle est la numéro un (ce classement, en anglais Academic Ranking of World Universities, est établi par des chercheurs de l'université Jiao Tong de Shanghai). Elle fait partie de la Ivy League, association informelle regroupant les huit universités les plus anciennes et les plus célèbres des États-Unis. Harvard est également l'université la plus riche du monde. Le corps enseignant est constitué de 2 497 professeurs, pour 9 715 étudiants undergraduate et 15 424 étudiants graduate. Harvard attire des étudiants du monde entier (132 nationalités représentées en 2004[4]).

42.3742,-71.1165 amerique-n
Saint Louis - la grande arche

Saint Louis - la grande arche

Le Jefferson National Expansion Memorial est le symbole de la ville : construit à proximité du lieu de départ de l'expédition Lewis et Clark, il fut classé mémorial national le 21 décembre 1935. Il est géré par le National Park Service (NPS). L'arche a été construite en 1954 et symbolise la porte de l'Ouest. Ce parc commémore l'achat de la Louisiane française par les États-Unis, l'établissement de la première cathédrale à l'ouest du Mississippi et le débat sur l'esclavage soulevé par Dred Scott Sandford. Il se trouve sur les rives du Mississippi, et abrite le Museum of Westward Expansion. Il est visité chaque année par quatre millions de personnes. La grande arche mesure 192 mètres de hauteur ; elle a été dessinée par l'architecte finlandais Eero Saarinen. Les touristes peuvent accéder au sommet pour avoir la plus belle vue sur Saint Louis.

38.6248,-90.1853 amerique-n
Boulder City Nevada - le barrage Hoover sur le Colorado

Boulder City Nevada - le barrage Hoover sur le Colorado

Le barrage Hoover (en anglais Hoover Dam et anciennement Boulder Dam) est un barrage voûte/poids sur le fleuve Colorado aux États-Unis, près de Boulder City, à la frontière entre l'Arizona et le Nevada. Il fut construit entre 1931 et 1936, durant la Grande Dépression, et fut inauguré le 30 septembre 1935 par le président Franklin Delano Roosevelt. Sa construction fut le résultat d'un effort massif impliquant des milliers d'ouvriers dans des conditions difficiles qui causèrent la mort de 111 d'entre eux.
Dès le début du XXe siècle, le Black Canyon et le Boulder Canyon avaient été étudiés pour leur capacité à accueillir un barrage capable de réguler le débit du Colorado, de permettre l'irrigation et de fournir de l'électricité. En 1928, le Congrès des États-Unis approuva un tel projet. Le contrat pour la construction fut accordé à un consortium appelé Six Companies, Inc. (en) qui entama la construction au début de l'année 1931. Une si grande structure en béton n'avait jamais été construite jusqu'alors et certaines techniques étaient encore balbutiantes. Les étés torrides et le manque d'infrastructures à proximité du site furent un problème. Néanmoins, Six Companies, Inc. acheva la construction le 1er mars 1936, plus de deux ans avant la date prévue.
La mise en eau du barrage Hoover entraîna la création du Lac Mead. La ville de Boulder City, construite pour héberger les ouvriers travaillant à la construction, se trouve à environ 40 km au sud-est de Las Vegas. Les centrales électriques du barrage fournissent de l'énergie pour les installations du Nevada, de l'Arizona et de la Californie. Le barrage Hoover est un important site touristique et accueille près d'un million de touristes par an.
36.01613,-114.73745 amerique-n
Black Rock City - Burning Man (la Cité ephemere)

Black Rock City - Burning Man (la Cité ephemere)

Le festival Burning Man est une grande rencontre artistique qui se tient chaque année dans le désert de Black Rock au Nevada. Elle a lieu la dernière semaine d'août, le premier lundi de septembre étant férié aux États-Unis (Labor Day).
En anglais, burning man signifie « homme qui brûle » (de to burn « brûler » et man « homme »).
C'est Larry Harvey qui a proposé en 1986 la crémation festive d'un mannequin géant sur la plage de Baker Beach, qui fait face au Golden Gate Bridge à San Francisco. En 1990, l'événement est déplacé dans le Nevada pour permettre l'accueil, dans une sorte de ville temporaire en plein désert, d'installations (Art Camps) et de participants (Burners) de plus en plus nombreux.
Cette cité nomade, reconstituée chaque année, a pris le nom de Black Rock City. Elle devient alors, le temps du festival, l'une des villes les plus peuplées du Nevada. L’événement attire désormais des groupes de participants provenant d'Europe et d'Asie, ayant les moyens financiers et l'envie de se retrouver dans l'ambiance de cet environnement hors normes. La publication de photos sur des sites Internet de participants renforce une surenchère dans la créativité pour faire « fort » et se déguiser.
Les participants ont tendance à se regrouper en bandes affichant des thèmes vestimentaires et identitaires marqués, mêlant la culture développée par les groupes urbains avec une certaine forme de tribalisme revécu dans l'improvisation.
D'un point de vue individuel, l'expérience fait la part belle à l'expression personnelle et à la créativité reprenant l'esprit des mouvements dits alternatifs, quoique la densification des participants ne la rende radicale (on peut parler d'une épreuve physique et sensorielle). Le festival, qui a les traits d’une utopie temporaire mais aussi d’une fête païenne s’achevant en apothéose par le bûcher d’une grande effigie humaine, est sous-tendu néanmoins par une philosophie passablement élaborée, que les organisateurs ont tenté de structurer par l’énoncé de dix préceptes, dits principes Burning Man. Ce décalogue porte tant sur la morale individuelle (libre expression, autogestion) que collective (bénévolat, proscription du commerce, créativité en commun) ; il convient ainsi d’abattre toutes les barrières, aussi bien à l’intérieur de soi qu’entre les individus de la collectivité.
, 14
40.775150,-119.262972 amerique-n
Las Vegas - centre

Las Vegas - centre

En 1854, des fermiers mormons s'installent alors que les Espagnols avaient déjà nommé le lieu « Las Vegas » qui signifie « les prairies » ou « les vallées fertiles » à cause de l'eau contenue dans le sous-sol.

Les mormons abandonnèrent le site en 1857 et l'armée américaine investit la place en construisant le fort Baker en 1864. Grâce aux sources d'eau, Las Vegas devint une étape sur la route entre Los Angeles et Albuquerque.

Officiellement, Las Vegas est fondé le 15 mai 1905.

Derrière ces investisseurs se cachent parfois des personnalités du crime organisé de la Côte Est telles que Bugsy Siegel, Jérémy Sabban ou encore Meyer Lansky. Aux États-Unis, un certain nombre de caisses de retraites sont en effet gérées par les syndicats, syndicats eux-mêmes noyautés par la pègre - ce que l'on peut voir dans les films Il était une fois en Amérique, de Sergio Leone, où il y est simplement fait allusion, et F.I.S.T. (1977) de Norman Jewison, avec Stallone, qui traite intégralement de ce problème. Le film Casino de Martin Scorsese montre également comment un syndicat de camionneurs dirige en coulisse l'un des plus gros casino du Las Vegas des années soixante-dix.

Ainsi, dans les années 1940 à 1970, la Mafia s'est retrouvée à la tête de millions de dollars, issus soit des caisses de retraites, soit de ses trafics. Millions de dollars qu'il fallait blanchir ou faire fructifier, et si possible les deux en même temps. L'option « casino » a été très vite retenue : tout se fait en liquide et dans des proportions telles que la comptabilité est affaire de « souplesse ».

Il ne faut d'ailleurs pas croire que la Mafia s'est immédiatement entichée de Las Vegas : au départ, elle préférait Cuba, et les débuts du Flamingo, hôtel-casino lancé en 1946 par Bugsy Siegel, furent difficiles. En effet, Cuba présentait, à la fin des années 1940, d'énormes avantages : extra-territorialité, alliance tacite avec le pouvoir politique local et la CIA afin de maintenir l'île dans l'orbite américaine, proximité immédiate de Côte Est, de loin la région des États-Unis la plus peuplée à cette époque. Bien sûr, 1959 et la chute de Batista, le dictateur renversé par Castro, marquèrent la fin de cette ère de prospérité : la Mafia se "rabattit" sur Las Vegas.



36.1128,-115.1742 amerique-n
desert du Nevada - zone de tirs nucleaires US

desert du Nevada - zone de tirs nucleaires US

A environ 190 kilomètres au Nord-Ouest de Las Vegas, dans le désert du Nevada, la carte officielle devient soudainement muette. Rien de ce qui se trouve dans cette zone n'y est mentionné. Pourtant, il y a des montagnes et des ravins impressionnants, des bâtiments de bonne taille ainsi qu'une immense piste d'envol longue de 9,5 km. Mais rien de tout cela ne figure sur la carte. Sur un territoire de la taille de la Suisse, il semblerait que toute activité humaine ait été volontairement occultée.
L'accès à cette zone est interdit. Des panneaux placés à ses limites indiquent que l'utilisation de la force armée est autorisée à l'encontre des intrus. En outre, l'espace aérien surplombant l'endroit est le plus inviolable des Etats-Unis. Nous sommes sur le territoire de la Nellis Air Force Range et du site nucléaire du Nevada, plus communément appelé Zone 51 (Area 51), suivant l'ancienne désignation officielle du lieu.
La Zone 51 fut établie en 1954 pour servir de base secrète à la Lockheed Aircraft Corporation, société d'aéronautique qui mettait alors au point des avions-espions pour le compte de la CIA et du Pentagone. Ce site d'essais servait encore récemment aux projets de défense les plus avancés mis en oeuvre par les Etats-Unis. Le bombardier furtif Stealth fut testé sur cette base comme d'autres engins de conception futuriste. Compte tenu de ces activités, la base a toujours été entourée du plus grand secret - l'US Aire Force (USAF) n'en a reconnu l'existence qu'en 1994 - car c'est là que se trouve le fer de lance de la technologie militaire américaine. Or, d'après certains éléments d'information récents, la technologie du site aussi bien que ses employés ne serait pas uniquement d'origine américaine. Tout ou partie serait extraterrestre !

37.1493,-116.0749 amerique-n
New-York - Ellis Island (porte d'entree des immigrants)

New-York - Ellis Island (porte d'entree des immigrants)

Elle a été, dans la première partie du xxe siècle, l'entrée principale des immigrants qui arrivaient aux États-Unis.
Ellis Island est une île située à l'embouchure de l'Hudson à New York, moins d'un kilomètre au nord de Liberty Island qui abrite la statue de la Liberté. Les services d'immigration y ont fonctionné du 1er janvier 1892 jusqu'au 12 novembre 1954. L'île est gérée par le gouvernement fédéral et fait désormais partie du monument national de la Statue de la Liberté, sous la juridiction du service des parcs nationaux des États-Unis et abrite un musée. Territorialement, elle est partagée entre la ville de Jersey City dans le New Jersey et la ville de New York dans l'État de New York.
Ellis Island a été le sujet d'une querelle de frontière entre ces deux États américains. Selon le bureau de statistiques des États-Unis, l'île a une superficie officielle de 129 619 m2, dont la plus grande partie créée artificiellement. La portion naturelle de l'île, qui se trouve sur le territoire de la ville de New York, est de 21 458 m2 et est complètement entourée par la partie artificielle. Mais plus de 83 % de la superficie de l'île se trouvent sur le territoire de la ville de Jersey.
40.698584,-74.039708 amerique-n
New-York - Empire State Building

New-York - Empire State Building

L’Empire State Building est un gratte-ciel de style Art déco situé sur l’île de Manhattan, à New York. Il est situé dans le quartier de Midtown au 350 de la 5e Avenue, entre les 33e et 34e rues. Inauguré le 1er mai 1931, il mesure 381 mètres (448.7 avec l’antenne) et compte 102 étages. Il est actuellement le plus grand building de New York (position qu’il a retrouvée suite à la destruction des tours jumelles du World Trade Center) et a été pendant des décennies le plus haut immeuble du monde. Le building tire son nom du surnom de l’État de New York, The Empire State, qui apparaît notamment sur les plaques d’immatriculation .

Au 86e étage, un observatoire ouvert au public offre une vue panoramique impressionnante sur New York. Le sommet de l’édifice est éclairé en fonction des différents événements du calendrier, de la fête nationale américaine au marathon de New York.

La mise en scène la plus célèbre de l’immeuble est certainement le film King Kong de 1933 dans lequel le gorille géant l’escalade pour échapper à ses poursuivants, des avions. Cependant, l’Empire State Building apparaît dans de très nombreux films et séries télévisées se déroulant à New York, telles que Friends et Sex and the City, où il apparaît dans les scènes de transition.

40.7485,-73.9862 amerique-n
New-York - One World Trade Center, remplacant des deux tours jumelles

New-York - One World Trade Center, remplacant des deux tours jumelles

Le One World Trade Center (parfois abrégé en 1 WTC), anciennement nommée Freedom Tower (tour de la Liberté), est le plus haut gratte-ciel des États-Unis et du monde occidental1. Il se situe dans le Lower Manhattan, un quartier du sud de l'arrondissement de Manhattan à New York, plus précisément dans le coin nord-ouest du site du World Trade Center. Cet immeuble forme la tour centrale du nouveau complexe du World Trade Center, qui vise à combler l'immense espace laissé par l'anéantissement du précédent complexe lors des attentats du 11 septembre 2001.
La tour est l'œuvre de l'agence d'architectes Skidmore, Owings and Merrill de Chicago. Située à l'angle nord-ouest du site, elle culmine à 1 776 pieds, rappelant l'année de l'indépendance des États-Unis, soit 541,32 mètres, et comprend 108 étages. Les travaux, qui ont débuté en avril 2006, se sont achevés en 20132. Depuis décembre 2011, la tour est la plus haute de Lower Manhattan et depuis le 30 avril 2012, la plus haute de New York. Enfin, depuis le 10 mai 2013, date de l'installation de sa flèche sommitale, elle est la 3e tour la plus haute du monde, la plus haute des États-Unis d'Amérique, de tout le continent américain3 et d'Occident.
40.712592,-74.0121978 amerique-n
New-York - la statue de la Liberté

New-York - la statue de la Liberté

La Liberté illuminant le monde (Liberty Enlightening the World), plus connue sous le nom de statue de la Liberté (Statue of Liberty), est l'un des monuments les plus célèbres des États-Unis. Elle est située à New York, sur l'île de Liberty Island au sud de Manhattan, à l'embouchure de l'Hudson et à proximité d'Ellis Island. Elle fut offerte par la France, en signe d'amitié entre les deux nations, pour célébrer le centenaire de la déclaration d'indépendance américaine. La statue fut inaugurée le 28 octobre 1886 en présence du président des États-Unis, Grover Cleveland. L'idée vient du juriste et professeur au Collège de France, Édouard de Laboulaye, en 1865. Le projet est confié, en 1871, au sculpteur français Auguste Bartholdi. Pour le choix des cuivres devant être employés à la construction, l'architecte Eugène Viollet-le-Duc eut l'idée de la technique du repoussé. En 1879, à la mort de Viollet-le-Duc, Bartholdi fit appel à l'ingénieur Gustave Eiffel pour décider de la structure interne de la statue. Ce dernier imagine un pylône métallique qui supporte les plaques de cuivre martelées et fixées. La statue fait partie des National Historic Landmarks depuis le 15 octobre 1924 et de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 19841.
La statue de la Liberté, en plus d'être un monument très important de la ville de New York, est devenue l'un des symboles des États-Unis et représente de manière plus générale la liberté et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression. De son inauguration en 1886 jusqu'au Jet Age2, la statue a ainsi été la première vision des États-Unis pour des milliers d'immigrants, après une longue traversée de l'océan Atlantique. Au plan de l'architecture, la statue rappelle le Colosse de Rhodes qui était l'une des sept merveilles du monde antique. Elle constitue l'élément principal du Statue of Liberty National Monument qui est géré par le National Park Service.
40.689588,-74.043870 amerique-n