arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
archipel de Stockholm

archipel de Stockholm

L’archipel de Stockholm est le plus vaste archipel de Suède, et l'un des plus importants de toute la mer Baltique. Il s'étend sur une soixantaine de kilomètres à l'est de Stockholm, jusqu'aux îles d'Åland, et sur près de 120 kilomètres le long de la côte est de la Suède. Il est composé de quelque 30 000 îles de toutes tailles.
Les îles de l'archipel ont été formées par l'élévation du terrain, qui gagne encore de nos jours environ cinq millimètres par an. Les paysages proposés sont très variés, allant de la plage de sable fin à la roche nue en passant par les forêts couvertes de myrtilles.
Les îles de l'archipel sont très faiblement peuplées, et si elles étaient historiquement des terres de pêcheurs, elles sont aujourd'hui un lieu de balade et de villégiature très apprécié des habitants de Stockholm et de sa région.
La ville de Vaxholm, située au nord de Stockholm est considérée comme la capitale de l'archipel. Le village de Ytterby est quant à lui célèbre parmi les chimistes pour avoir fourni le nom de quatre éléments : l'erbium, le terbium, l'ytterbium et l'yttrium.
Beaucoup de poètes, d'écrivains et d'artistes ont été influencés et même fascinés par l'archipel de Stockholm. On peut citer parmi eux August Strindberg, Ture Nerman, Ernst Didring ou encore Aleister Crowley.
59.626209,18.988145 europe-n
Malmoe: la Tour torsadee

Malmoe: la Tour torsadee

HSB Turning Torso est un gratte-ciel situé à Malmö en Suède, au bord du détroit de l'Øresund et juste en face de Copenhague, la capitale du Danemark. Il a été conçu par Santiago Calatrava Valls et a été inauguré le 27 août 2005. C'est la deuxième plus haute tour d'habitation d'Europe, et le plus haut bâtiment de Scandinavie. Elle fait partie d'une nouvelle zone résidentielle développée sur une zone portuaire qui s'étendait autrefois sur tout l'ouest de la ville. C'est le premier gratte-ciel de l'histoire a avoir une forme torsadée.
55.61327663625897,12.9762 europe-n
Stockholm - Gamla Stan (la vieille ville)

Stockholm - Gamla Stan (la vieille ville)

Gamla stan est la vieille ville (traduction littérale du suédois) de Stockholm en Suède. Elle est principalement constituée de l'île de Stadsholmen, mais s'étend aussi sur Riddarholmen et Helgeandsholmen. Gamla stan est également nommée « la ville entre les ponts ».
Elle a été fondée au xiiie siècle et est de nos jours formée de rues pavées et de ruelles de style médiéval. Les premiers habitants de la ville étaient d'ascendance allemande, et l'architecture de Gamla stan s'en ressent.
Stortorget est la place pittoresque située au centre de Gamla stan. Elle comporte sur ses côtés de nombreux commerces, ainsi que le vieux bâtiment de la bourse de Stockholm (Börshuset), siège de l'Académie suédoise. Cette place fut le lieu du bain de sang de Stockholm en 1520, quand des membres de la noblesse suédoise furent exécutés sur les ordres du roi danois Christian III. La révolte qui suivit signa la fin de l'union de Kalmar et le début de la dynastie de Vasa.


Saint Georges terrassant le dragon
Gamla stan comporte de nombreux bâtiments historiques, religieux ou culturels comme le musée Nobel, la maison de la noblesse (Riddarhuset), la cathédrale de Stockholm (Storkyrkan), l'église de Riddarholmen (Riddarholmskyrkan), l'église allemande mais surtout le palais royal, construit au xviiie siècle sur les décombres du précédent palais qui avait brûlé.
Une statue de Saint Georges terrassant le dragon réalisée par Bernt Notke se trouve dans la cathédrale, alors que Riddarholmskyrkan est l'église d'enterrement de la monarchie suédoise.
Jusqu'à récemment Gamla stan était relativement abandonnée, beaucoup de ses bâtiments historiques se délabraient. Dans les vingt dernières années, elle est toutefois devenue un lieu touristique d'importance, grâce au charme de son architecture de style médiéval ou renaissance.
59.3244,18.0723 europe-n
sundborn lilla hyttnas maison de carl larsson

sundborn lilla hyttnas maison de carl larsson


60.650278,15.775833 europe-n
Berchtesgaden - le nid d'aigle (Kehlsteinhaus)

Berchtesgaden - le nid d'aigle (Kehlsteinhaus)

La montagne du Kehlstein (1835 m), connue pour le « nid d'aigle » (Kehlsteinhaus) placé à son sommet.
Le nid d'aigle a été construit comme cadeau pour les 50 ans d'Adolf Hitler, à l'issue de la guerre, il a été laissé intact. Il est accessible par un tunnel piétonnier, puis par un ascenseur d'époque montant dans le rocher sur 135 m.

La route arrivant au tunnel n'est plus accessible qu'en bus spéciaux que l'on prend à l'Obersalzberg.

47.6111,13.0430 europe-o
Ratisbonne (Regensburg) - vieille ville et pont sur le Danube

Ratisbonne (Regensburg) - vieille ville et pont sur le Danube

Ratisbonne (en allemand : Regensburg), est une ville allemande, située dans le Land de Bavière. Elle est baignée par le Danube et est la capitale tant du district du Haut-Palatinat que du Landkreis de Regensburg.
Après Munich, Nuremberg et Augsbourg, Ratisbonne est, par la taille, la quatrième ville du Land. Depuis le 13 juillet 2006, la vieille-ville de Ratisbonne fait partie de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
Elle est le siège d'un évêché catholique et est située à 88 kilomètres de Nuremberg et à 103 kilomètres de Munich.
Sur une ancienne colonie celtique, les Romains ont fondé en 179 un camp militaire à l'endroit où la rivière "Regen" se jette dans le Danube. A l'époque mérovingienne, Ratisbonne, capitale des Bavarii, était la résidence des Agilolfing, premiers ducs de Bavière. En 739 saint Boniface, l'apôtre de la nation allemande, y établit un diocèse. La ville atteignit son apogée politique et économique au XIIe/XIIIe siècle, quand elle se trouvait au carrefour de grandes routes commerciales importantes. De ce temps datent les grands monuments de la ville, la Steinerne Brücke (pont de pierre de 310 m de long enjambant le Danube construit entre 1135 et 1146), la cathédrale gothique (consacrée en 1276), l'Altes Rathaus (ancien hôtel de ville) et les tours patriciennes.

Pont sur le Danube et cathédrale au loinEn 1245 l'empereur Fréderic II octroya à Ratisbonne le rang de ville libre d'Empire ("Freie Reichsstadt"), qui lui conférait une certaine autonomie politique. Cependant, Ratisbonne fut plus tard évincée au profit des autres grandes villes bavaroises. Au cours des siècles suivants, de nombreuses diètes impériales ("Reichstage") y eurent lieu. La diète de 1541, à laquelle participèrent les humanistes Melanchton et Bucer, tenta de trouver un compromis entre catholicisme et Réforme, sans succès. En 1542, Ratisbonne passa officiellement à la religion réformée (comme la plupart des villes libres d'Empire), mais elle resta en même temps le siège de l'évêché catholique, de sorte que les deux confessions coexistaient. En 1663, la ville devint le siège permanent de la diète ("Immerwährender Reichstag"). C'est aussi à Ratisbonne que fut dissout l'Empire sous la pression des troupes napoléoniennes en 1803 ("Reichsdeputationshauptschluss"). En 1810, la ville fut annexée par le nouveau Royaume de Bavière créé par Napoléon et devint une ville de second rang pour plus de 150 ans.


La cathédrale vue de son parvisDurant la Première Guerre mondiale, le principal camp de prisonniers de la Bavière était situé à Ratisbonne.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Ratisbonne n'était guère industrialisée et fut ainsi très peu touchée par les bombardements alliés, ce qui lui a permis de conserver presque intact son vieux centre médiéval. Après la guerre s'implantèrent diverses entreprises, surtout du secteur automobile (BMW, Continental) et de l'industrie électronique (Siemens, AEG, Toshiba), ce qui donna une impulsion nouvelle à la région. De même, la fondation de la 4e université bavaroise dans la ville en 1967 a contribué au développement de Ratisbonne, qui compte aujourd'hui plus de 20 000 étudiants. Avant d'être élu pape, Joseph Ratzinger y a été enseignant en théologie de 1969 à 1977.
49.02125680345845,12.097102443516862 europe-o
Berlin - Chancellerie

Berlin - Chancellerie

La Chancellerie fédérale (Bundeskanzleramt en Allemand) est le bâtiment qui accueille depuis 2001 le bureau du Chancelier fédéral d'Allemagne et de ses services au numéro 1 de la Willy-Brandt-Straße à Berlin.
Le bâtiment est l'œuvre commune des architectes berlinois Alex Schultes, Charlotte Frank et Christoph Witt, se trouve intégré au « ruban fédéral » (Band des Bundes), quartier gouvernemental situé dans le coude de la Spree, et se trouve à environ 300 mètres au nord-ouest du palais du Reichstag. Il fut érigé dans le cadre du transfert du gouvernement de Bonn à Berlin et inauguré en 2001.
Très vite les guides touristiques et les journalistes surnommèrent en termes ironiques le nouvel édifice : les « toilettes pour éléphants » (Elefantenklo), le « Kohllosseum » (en référence à Helmut Kohl, même si ce dernier n'y résida jamais), la « machine à laver » (Waschmaschine) sous toutes ses déclinaisons : Bundeswaschmaschine (« machine à laver fédérale ») ou encore Kanzlerwaschmaschine (« machine à laver du chancelier » ).

52.52011812023509,13.372026708984336 europe-o
Berlin - chateau de Charlottenbourg

Berlin - chateau de Charlottenbourg

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le palais fut gravement endommagé. Après 1945, il fut reconstruit. Il abrite également le musée de préhistoire et de protohistoire, dans la petite orangerie, un restaurant.
Le château de Charlottenburg fut, de 2004 jusqu'au début de 2006, la résidence de la Présidence d'Allemagne, pendant les travaux de rénovation du château de Bellevue.
Le château est soutenu et sauvegardé par la Fondation pour châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg.
52.521111,13.295833 europe-o
Berlin - la nouvelle gare centrale

Berlin - la nouvelle gare centrale

La nouvelle gare centrale de Berlin, fierté nationale inaugurée en grande pompe pour le Mondial de football, est tout d'acier et de verre, construite sur plusieurs niveaux, point nodal du trafic ferroviaire entre le nord et le sud, l'est et l'ouest, est essentielle pour les chemins de fer allemands. A cause ou grâce à elle, les trains grande ligne n'ont plus besoin de s'arrêter dans la légendaire gare "Zoo" de l'ex-Berlin-Ouest.
Gare des superlatifs avec ses trois cents mètres de toiture en verre et ses vues plongeantes sur les voies souterraines L'architecte: Meinhard von Gerkan
52.524027,13.370269 europe-o
Berlin - emplacement du bunker d'Hitler

Berlin - emplacement du bunker d'Hitler

BERLIN, 21 fév 2008 (AFP) - Un mémorial en l'honneur du résistant Johann Georg Elser, auteur d'un attentat manqué contre Hitler, va voir le jour et pourrait être érigé à l'emplacement du bunker du Führer à Berlin, a déclaré jeudi à l'AFP Johannes Tuchel, directeur du Mémorial de la résistance allemande.
L'écrivain allemand Rolf Hochhuth a proposé lundi à la commission des affaires culturelles du Bundestag d'honorer la mémoire de ce résistant tombé dans l'oubli et son idée a reçu un soutien unanime, rapporte la presse berlinoise.
Les députés ont confié au gouvernement de la ville-Etat de Berlin le soin d'élaborer, d'ici l'été prochain, un concept pour ce mémorial, a précisé le quotidien Tageszeitung.
"La fondation privée Reemtsma pourrait assurer le financement du projet", a indiqué M. Tuchel. Le lieu et la forme du mémorial restent à définir, même si de nombreuses voix se prononcent en faveur de l'emplacement de l'ancienne chancellerie du Reich, au centre de Berlin, a-t-il dit.
"Certes l'attentat a eu lieu à Munich, mais la capitale du Reich était à Berlin", a observé Johannes Tuchel.
Le 8 novembre 1939, Johann Georg Elser, menuisier proche du parti communiste, avait placé une bombe dans la brasserie munichoise Bürgerbraükeller où Hitler venait célébrer sa tentative de putsch de 1923. La bombe était réglée pour exploser à 21h20. Hitler quitta les lieux quelques minutes avant la déflagration, qui fit huit victimes.
Johann Georg Elser fut arrêté le jour même alors qu'il tentait de fuir vers la Suisse et emprisonné au camp de concentration de Sachsenhausen, au nord de Berlin. Les nazis avaient le projet de le faire passer, une fois la guerre gagnée, pour un espion à la solde des Anglais. Son procès aurait dû être exemplaire. Finalement, il fut transféré au camp de Dachau, où les nazis le fusillèrent le 9 avril 1945.
Plus rien n'est visible du site du bunker souterrain, situé près de la chancellerie du Reich et où Hitler se suicida dans les derniers jours de la guerre. Un jardin d'enfants, quelques immeubles du temps de la RDA ont poussé sur ces lieux, dont seule une pancarte explicative rappelle discrètement le passé.

52.5126,13.3810 europe-o