arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Koh ker - ancienne capitale royale du cambodge

Koh ker - ancienne capitale royale du cambodge

Koh Ker est une ancienne ville khmère, capitale du Cambodge de 928 à 944, sous le règne de Jayavarman IV. Elle est située à 100 km au nord-est d'Angkor.
Ce nom dérive du vieux-khmer Chok Gargyar ou Chok Grager : « bosquet de Hopea odorata ». La plupart des grandes statues du Musée National de Phnom Penh proviennent de Koh Ker.
Le site de Koh Ker est dominé par le Prasat Thom, un temple-montagne de 30 mètres de haut, s’élevant au-dessus de la plaine et les forêts alentour. Loin des foules d'Angkor, Koh Ker à un côté attrayant pour toute personne souhaitant vivre l’expérience de temples déserts et dont le silence est seulement troublé par le chant des oiseaux.
13.783709278042911, 104.53750041139219
Oudong - ancienne capitale du cambodge

Oudong - ancienne capitale du cambodge

Le site d'Oudong est situé une quarantaine de kilomètres au nord de Phnom Penh, sur la rive occidentale du Tonle Sap. Ancienne capitale du Cambodge au xviie siècle puis de 1740 à 1746, Oudong est une des nécropoles monumentales de la royauté.
Ancienne capitale du royaume, Oudong a été fondée par le roi Soryopor (Barom Reachea IV) en 1601, après l'abandon de Lovek (Longvek). Elle est construite sur une colline à 40 km au nord de Phnom Penh. Le roi Ang Duong (1841-1850), grand bâtisseur, a réalisé des canaux, des terrasses, des ponts et a érigé une centaine de pagodes dans cette région, dont le nombre devait surprendre et émerveiller autrefois les visiteurs.
En 1863, est signé à Oudong, entre Norodom et l'amiral de la Grandière, le traité assurant la protection de la France au royaume face au Siam et à l'Annam.
Oudong a été abandonnée par le roi Norodom en 1866 et ravagée par les Khmers rouges en 1977.
Bien qu'il ne reste aujourd'hui que peu de vestiges, Oudong est encore fréquentée par les Khmers qui viennent rendre hommage à leurs anciens rois en se recueillant devant leurs stupas (monument funéraire bouddhique de forme conique).
À côté de stupas datant de 1623 et de 1891, il ne reste en haut des deux collines que les vestiges d'un grand bouddha très abîmé par les bombardements (en cours de restauration).
11.815612511056187, 104.74555027320935, 16
11.81652089012158,104.74562537506176
Phnom Penh - le Palais Royal

Phnom Penh - le Palais Royal

Le Palais Royal de Phnom Penh, au Cambodge est un complexe de bâtiments qui sert de résidence au roi du Cambodge.
Son nom complet en khmer est Preah Barum Reachea Veang Chaktomuk. Les rois du Cambodge l'occupent depuis sa construction en 1860, avec une période d'absence, lorsque le pays est entré en crise pendant et après la période des Khmers rouges.
Le palais a été construit après que le Roi Norodom Ier eut déménagé la capitale royale d'Oudong à Phnom Penh au milieu du xixe siècle. Il a été construit par étapes sur les restes d'une vieille citadelle appelée Banteay Kev. Il est orienté vers l'Est et situé sur la rive occidentale du Tonlé Sap et du Mékong, à un endroit appelé Chaktomuk (une allusion au dieu Brahma), où le Mékong se divise en deux, ce qui forme les quatre bras.
11.56368,104.93112
temple hindou cambodgien de Preah Vihear

temple hindou cambodgien de Preah Vihear

PHNOM PENH, 17 juil 2008 (AFP) - Le temple de Preah Vihear, au Cambodge, site sacré de l'hindouisme datant du XIe siècle, inscrit le 7 juillet sur la Liste du patrimoine mondial par l'Unesco, est un enjeu de tension depuis des décennies avec la Thaïlande voisine, en désaccord sur le tracé des frontières.
Cet ancien temple, dont les origines remontent au IXe siècle, a été relativement épargné par l'histoire, mais il fut néanmoins l'objet de saccages et de pillages et fut une place-forte des khmers rouges. Il est composé d'une série de sanctuaires reliés par un système de chaussées et d'escaliers.
Perché sur une falaise, il s'étend sur un axe de 800 mètres, et est l'un des sites les plus visités du Cambodge, après Angkor.
Il est dédié au dieu Shiva, "destructeur", mais "regénérateur" du monde. Des vestiges du Xe siècle subsistent, mais les éléments les plus importants datent du XIe, pendant les règnes de Suryavarman 1er (1002-1050) et de son successeur Suryanvarman II (1113-1150).
Le Cambodge et la Thaïlande, qui sont aujourd'hui très majoritairement de culture bouddhiste, se sont affrontés sur le terrain diplomatique à son propos depuis des décennies.
Le 15 juin 1962, la Cour internationale de Justice de La Haye attribuait le temple au Cambodge. Mais la frontière khméro-thaïlandaise, toute proche, est objet de litiges, non encore résolus, ce qui fait du temple une question politique sensible. D'autant que le temple est plus facile d'accès depuis la Thaïlande, où il est connu sous le nom de "Khao Phra Viharn".
Suite aux actions de Bangkok, l'Unesco avait jusqu'ici toujours refusé d'inscrire ce site sur la Liste du Patrimoine mondial. Mais le gouvernement thaïlandais a renoncé à son refus, en faisant accepter par Phnom Penh que la demande ne concernait en rien les environs du temple. Le 10 juillet, trois jours après la décision de l'Unesco, la cour constitutionnelle de Thaïlande a jugé que le gouvernement avait violé la Constitution.

jmc/doc/ebe/ai

14.3911,104.6800
Banda Aceh, ville martyre du tsunami

Banda Aceh, ville martyre du tsunami

La ville a été ravagée par le tsunami qui a suivi le tremblement de terre du 26 décembre 2004.
Le séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien s'est produit au large de l'île indonésienne de Sumatra avec une magnitude de 9,1 à 9,31,2. L'épicentre se situe à la frontière des plaques tectoniques eurasienne et indo-australienne3. Ce tremblement de terre a la quatrième magnitude la plus puissante jamais enregistrée dans le monde4. Le tremblement de terre a provoqué un tsunami allant jusqu'à 35 mètres de hauteur5 qui a frappé l'Indonésie, les côtes du Sri Lanka et du sud de l'Inde, ainsi que l'ouest de la Thaïlande. Le bilan en pertes humaines est de 227 898 morts selon le United States Geological Survey6 (entre 216 000 et 232 000 morts selon les différentes évaluations). En termes de pertes humaines, c'est l'un des dix séismes les plus meurtriers et le plus grave tsunami de l'histoire. La même région a été affectée par un nouveau tremblement de terre le 28 mars 2005. La région de Sumatra a de nouveau été touchée par un tsunami, dû à un tremblement de terre de magnitude 7,7 qui s'est produit le 25 octobre 2010 et qui a causé, selon un bilan provisoire, 500 victimes.

5.5543,95.2838
Temple de Borobudur

Temple de Borobudur

Le Borobudur est un gigantesque temple bouddhiste mahâyâna, construit au IXe siècle par la dynastie Sailendra, en Indonésie, sur l'île de Java. Le Borobudur est le plus grand monument bouddhiste. Le site fut construit aux alentours de 800, mais abandonné vers 1100. Il est redécouvert en 1815 par Stamford Raffles, lieutenant-gouverneur de Java.
Il fait à la fois office de stupa et de mandala, forme qui apparaît vue du ciel. Il repose sur un carré d'environ 113 mètres de côté, avec à chaque point cardinal une partie en saillie accompagnée aux quatre angles par une partie en retrait.
Il est constitué de quatre galeries successives superposées de forme géométrique, comme l'ensemble du monument, qui sont couvertes de bas-reliefs (dont la longueur totale est d'environ 5 kilomètres) relatant les divers épisodes de la vie du bouddha Sakyamuni. Ces bas-reliefs étaient taillés in situ dans de la pierre volcanique grise par différents artisans qui réussirent néanmoins à préserver l'unité artistique du monument.
De la même façon que les chrétiens ont leur chemin de croix, le Borobudur est censé guider sur le chemin de l'illumination. Depuis la fin de sa restauration en 1973, Borobudur est de nouveau un lieu de culte et de pèlerinage. Chaque année, lors de la pleine lune de mai ou juin, des bouddhistes d'Indonésie et de l'étranger y célèbrent le Waisak, nom indonésien du Vesak, qui commémore la naissance, la mort et le moment où le Bodhisattva atteignit la sagesse suprême pour devenir Bouddha.
-7.607918158350018,110.20376920201547
Krakatoa - volcan explosif

Krakatoa - volcan explosif

Le Krakatoa, en indonésien Krakatau, est un volcan de type explosif se trouvant dans le détroit de la Sonde en Indonésie entre les îles de Sumatra et de Java.
Il est notamment connu pour son éruption du 27 août 1883 (aux anciennes Indes néerlandaises) à 10 heures 02 minutes, qui tua plusieurs dizaines de milliers de personne et qui engendra un raz-de-marée dont la vague fut perceptible jusqu'en Europe. Aujourd'hui le site du volcan est toujours actif.


-6.1075,105.4175
Sidoarjo - volcan de boue

Sidoarjo - volcan de boue

Le volcan de boue de Sidoarjo, que les Indonésiens appellent Lusi pour lumpur Sidoarjo (« boue de Sidoarjo ») ou lumpur Lapindo (d'après le nom de la société pétrolière dont le forage pourrait avoir provoqué la catastrophe, PT Lapindo Brantas), est une éruption continue de gaz et de boue, située dans la province orientale de l'île de Java en Indonésie, à environ 20 kilomètres au sud de Surabaya, la capitale provinciale. Ce phénomène, considéré comme un volcan de boue[1], a débuté le 22 mai 2006 et depuis éjecte 50 000 m3 de boue par jour, ayant déjà recouvert plus de 25 km² (à décembre 2007) et plusieurs villages. L'éruption, encore mal expliquée, risque de continuer pendant un temps qu'on ne peut déterminer et à ce jour, tous les efforts pour l'arrêter ont échoué.
Le 28 mai 2006, alors qu'un forage de PT Lapindo Brantas visait un gisement de gaz, la tige de forage traverse une épaisse couche d'argile entre 500 et 1 300 mètres de profondeur, puis des sables, des schistes, des débris volcaniques et des roches de carbonate perméables. À 5h00, heure locale (UTC+7), la tige atteint la profondeur de 2 834 mètres. De l'eau, de la vapeur et de petites quantités de gaz entrent alors en éruption en un emplacement situé à environ 200 mètres au sud-ouest du forage.[3]. Deux autres éruptions se produisirent les 2 et 3 juin à environ 800 à 1 000 mètres au nord-ouest du puits, mais s'arrêtèrent le 5 juin [3]. Lors de ces éruptions, du sulfure d'hydrogène s'est échappé.


-7.5270,112.7106
Surabaya - 5,4 km de pont entre les iles de Java et Madura

Surabaya - 5,4 km de pont entre les iles de Java et Madura

L'Indonésie ouvre son plus long pont: 5,4 km entre Java et Madura
Ce pont, le plus long de l'immense archipel indonésien de 17.000 îles, a été construit en six ans, après une cinquantaine d'années de planification, pour un coût d'environ 450 millions de dollars, en partie financé par des prêts de la Chine, selon le gouvernement.
Principale économie d'Asie du Sud-est, l'Indonésie affiche un grand retard en terme d'infrastructures, ce qui handicape le développement de ce pays du G20.

-7.1867,112.7802
Tambora - le volcan le plus destructeur de l'histoire

Tambora - le volcan le plus destructeur de l'histoire

Le volcan Tambora est un strato-volcan, qui forme la péninsule de Sanggar de l'île de Sumbawa. Le diamètre du volcan au niveau de la mer est d'environ 60 km. Avant l'éruption de 1815, le volcan semble avoir eu une hauteur de 4 000 m. L'éruption de 1815 a formé une caldeira de près de 6 km de diamètre et 1 110 m de profondeur.

L'explosion du Tambora
Le 5 avril 1815 il y eut une première explosion, mais les gens n'ont pas quitté leur maison.
L'explosion majeure se passe 5 jours plus tard, le 10 avril, vers 10h du matin, et crée une colonne de cendres et de flammes de 44 km de haut. La colonne s'effondre ensuite, créant une coulée pyroclastique d'air surchauffé et de lave. La coulée, dont la vitesse a été estimée à 150 km/h, est arrivée par l'est du village, le brûlant complètement.
Le Raja de Tambora (le roi de l'île) y avait probablement un palais, qui fut détruit.
L'éruption eut une puissance estimée à 8 fois celle de la puissance du Vésuve, soit plus de cent fois les bombes d'Hiroshima et de Nagasaki réunies. Le bruit de l'explosion a été entendu à plus de 1 400 km de distance.
-8.2459,117.9938